Née en 1963 à Pau. Vit et travaille à Mayet et Paris

www.clairechevrier.net

Les photographies réalisées par Claire Chevrier dans la région de Douchy-les-Mines - Nord et le Pas-de-Calais - répondent à un brouillage récent, celui qui veut que l’image du travail s’estompe des représentations ordinaires. Alors que le début du XXe siècle abondait en vues édifiantes sur l’asservissement des masses dans les usines, notre époque est étrangement muette sur la condition de l’homme au travail. Certes, les mutations récentes en faveur du tertiaire ne sont pas propices à des représentations spectaculaires. La fin des idéologies et l’agonie des solidarités collectives y sont sans doute pour quelque chose. Mais il faudrait surtout s’interroger sur les causes de ce déficit, sur les raisons qui entrainent tant de photographes à aller du côté des marges territoriales, du côté d’un exotisme faussement enchanteur ou même vers les dérives égocentriques.
La question qu’affronte Claire Chevrier dans le

de série exposé au Havre engage une réflexion sur le réel, ce réel massif qui parle des conditions de l’activité professionnelle et ce qu’elles entraînent comme souffrance, comme asservissement mais aussi comme joie.





Claire Chevrier

GR 14, 2010, impression jet d’encre, 53 x 80 cm
Travail réalisé dans le cadre de la résidence de recherche et de création du CRP de Douchy-les-Mines © Claire Chevrier